Financement de la Tech et de nos entreprises

Selon deux articles éclairants parus dans la même page du quotidien Les Echos en date du 6 septembre :

1er article : « Seuls 17% des membres du French Tech 120 ont publié leurs comptes 2022 ». À comparer à 48% en 2020 et 41% en 2021, soit une chute régulière selon les données collectées par le site Pappers.
Et 7 sociétés du Next 40 ont donné accès publiquement à leurs résultats.
2ème article : « Les opérations de LBO font une percée dans la French Tech ».
Selon la banque d’affaires Clipperton, « 30% des sorties dans la French Tech ont eu lieu à travers un LBO depuis 2021 ».

Même si les entreprises concernées sont différentes d’un article à l’autre, je m’étonne de ce que la solution d’entrée sur un marché financier public (ou encore IPO) ne soit quasiment jamais choisie par les investisseurs historiques pour trouver une liquidité à leurs actions sans endetter l’entreprise. Au contraire, les LBO montrent qu’on préfère endetter l’entreprise en contrepartie d’une cession totale ou partielle d’une participation au capital. Certes, la « discipline de la dette » a du bon mais seulement en situation de forte rentabilité et de grande solidité de part de marché, ce qui est rare surtout dans un univers Tech aux mutations rapides.
Or, les entreprises Tech ont besoin de capitaux propres et non de sac tyrolien sous forme de dettes pour accélérer.
Or, les investisseurs individuels ont besoin de participer à de bons projets de croissance pour préparer leur avenir financier.
Or, un montant significatif de capitaux alloués aux fonds d’investissements provient d’organismes collectant des cotisations auprès de particuliers pour une mission d’assurances et de retraites, notamment.
Or, l’information publique est un facteur de démocratie lucide, éclairée et responsable.

À quoi sert notre outil de financement des entreprises par le marché financier public ? Les entreprises Tech sont-elles si performantes ? Les prix demandés sont-ils soutenables ?

En tant qu’animateur d’IBI, listing sponsor, c’est-à-dire un des très rares promoteur de cotations et accompagnateur d’entreprises cotées (et non cotées) indépendant, j’ai conscience d’être soupçonné de partialité, ce que j’assume entièrement, parce que, quitte à changer radicalement certaines règles et comportements, le marché financier public est un composant précieux et allant de pair avec le private equity dans la chaîne de l’organisation du capital et du financement des entreprises de notre pays.

Qu’en pensez-vous ?

Publié sur Linkedin par Louis-Victor d’Herbès le 11 septembre 2023.

Si vous souhaitez en savoir plus

Découvrez toutes nos autres actualités

Supplément d’âme & Indice d’Actionnariat Salarié

💡 L’initiative récente d’Euronext de réactiver le 23 février 2024 l’indice "Euronext FAS IAS" d’actionnariat Salarié (29 groupes cotés parmi les plus grandes capitalisations boursières de la cote parisienne dont au moins 3% du capital est détenu par les Salariés) doit...

lire plus

Capitalisation subie ou voulue ?

➡ La capitalisation est le moyen par lequel les revenus d’une somme de départ s’incorporent à celle-ci et deviennent à leur tour capital générant des revenus qui, une fois réinvestis deviennent encore capital productif de revenus, en une spirale que l’on espère de...

lire plus

📢 Communiqué – Évolution d’IBI

Chère Communauté Linkedin, Par ce post, je vous informe qu'IBI signifie désormais "In Business Insight", après avoir porté "Industrie, Bourse, International" pendant 28 ans.💡 L’objectif est de focaliser sur l’"Insight", ADN d’IBI depuis 1996 au service de...

lire plus

Palmarès 2024 des 500 champions français de la croissance

Le palmarès 2024 des 500 champions français de la croissance publié par le quotidien Les Echos* fait apparaître :🔭 25 entreprises cotées dont 6 dans le top 25 du chiffre d’affaires le plus élevé,🔭 18 entreprises cotées sur Euronext Growth - marché européen des valeurs...

lire plus

ILIAD : une belle trajectoire sur le marché financier

Il y a juste 20 ans, le 29 janvier 2004, ILIAD, maison mère de Free, entrait sur Euronext à une capitalisation boursière de 857,7 millions d'euros pour lever 104 millions d'euros dont 81,5 millions d'euros en augmentation de capital, avant de quitter la cote le 14...

lire plus

Volatilité sur les marché financiers

Le marché financier est l'outil ultime pour les entreprises qui en ont la capacité. Celles qui n'en ont pas doivent se préparer à y entrer comme des élèves officiers sur le parcours du combattant qui sortent de la fosse pleine de sable avec un mur plus haut qu'eux....

lire plus

La valeur du temps pour l’entreprise et l’investisseur

En pointillé apparaît la progression issue d’un revenu de 10% incorporé chaque année au capital de l’année précédente qui peut représenter la valeur d’un investissement, par exemple au capital d’une PME ETI non cotée, prévoyant une durée de détention comprise entre 5...

lire plus