Évaluation financière d’entreprise : La Valeur terminale d’un discounted cash flow pèse t’elle trop lourd dans une évaluation financière d’entreprise ?

Afin d’être aussi vigilant autant que possible sur les causes de surévaluation financière des entreprises, il est utile de se pencher sur la méthode d’évaluation la plus utilisée : les discounted cash flows.

Cette méthode consiste, pour chaque entreprise évaluée à (i) déterminer le coût moyen pondéré du capital (tenant compte de la répartition dette/fonds propres) qui sera utilisé pour actualiser (ii) ses flux de trésorerie prévisionnels sur (par exemple) 5 ans, (iii) auxquels s’ajoutent des flux de trésorerie futurs au-delà des (par exemple) 5 ans appelés « valeur terminale ».

Cette valeur terminale est souvent déterminée par une actualisation à l’infini d’un dernier flux qui représente à lui seul presque toujours plus de la moitié de la valeur d’entreprise (à différencier de la valeur des capitaux propres).

Or, en ces temps difficiles, il nous semble très gênant d’accorder plus de poids à la valeur terminale qui fixe un flux à l’infini défini en (iii) qu’à la contribution de flux de trésorerie futurs identifiés sur au moins 5 ans en (ii).

Selon une autre technique, cette valeur terminale peut aussi être déterminée par l’actualisation non pas à l’infini mais sur une période de 5 à 10 ans, à l’appréciation de l’évaluateur, pendant laquelle la rentabilité de l’entreprise tendra non plus vers une croissance infinie de son résultat mais vers son coût moyen pondéré du capital défini en (i), et par conséquent ne créant plus de valeur financière. En raison de cette « fonte » de rentabilité, cette technique est appelée « cash flow fade » et a le mérite de diminuer très significativement la part de la valeur terminale dans une évaluation financière d’entreprise.

Par exemple, par rapport à une période de 10 ans de cash flows prévisionnels actualisés à un coût moyen pondéré du capital d’environ 15% où l’on obtient une valeur d’entreprise de 1 sans cash flow fade :

. l’on obtient 0,76 en remplaçant le dernier flux par 10 ans de cash flow fade,
. l’on obtient 0,84 avec 5 ans de prévisionnel sans cash flow fade,
. l’on obtient 0,54 avec 5 ans de prévisionnel et 10 ans de cash flow fade,
. l’on obtient 0,42 avec 5 ans de prévisionnel et 5 ans de cash flow fade.

Publié sur Linkedin par Louis-Victor d’Herbès le 21 novembre 2023.

Si vous souhaitez en savoir plus

Découvrez toutes nos autres actualités

Volatilité sur les marché financiers

Le marché financier est l'outil ultime pour les entreprises qui en ont la capacité. Celles qui n'en ont pas doivent se préparer à y entrer comme des élèves officiers sur le parcours du combattant qui sortent de la fosse pleine de sable avec un mur plus haut qu'eux....

lire plus

La valeur du temps pour l’entreprise et l’investisseur

En pointillé apparaît la progression issue d’un revenu de 10% incorporé chaque année au capital de l’année précédente qui peut représenter la valeur d’un investissement, par exemple au capital d’une PME ETI non cotée, prévoyant une durée de détention comprise entre 5...

lire plus

Connaissez-vous le bootstrapping ?

Le bootstrapping (en français "bottes bien lacées") est une méthode de création d’entreprise et de gestion qui utilise les ressources propres en évitant de lever des capitaux extérieurs, et en fait une « ardente obligation ». Si cette méthode n’est pas adaptée au...

lire plus

Le capital est un outil d’ouverture

Deux opérations significatives très différentes viennent d’être finalisées. Elles concernent le financement des entreprises et leur organisation du capital : ARM, concepteur britannique d’architecture de micro-processeurs vendus dans le monde entier, vient...

lire plus

Financement de la Tech et de nos entreprises

Selon deux articles éclairants parus dans la même page du quotidien Les Echos en date du 6 septembre : 1er article : « Seuls 17% des membres du French Tech 120 ont publié leurs comptes 2022 ». À comparer à 48% en 2020 et 41% en 2021, soit une chute...

lire plus
Groupe de formation. Cas client.

Groupe de formation. Cas client.

Ce Groupe de formation sur sites et sur internet qui réalise un chiffre d’affaires de plus de 20 millions € projetait de reprendre ses franchisés sur une période de cinq ans pour porter son chiffre d’affaires à plus de 50 millions €. Notre intervention a consisté à...

lire plus
Groupe d’Ehpad. Cas client.

Groupe d’Ehpad. Cas client.

Ce Groupe lié au secteur de la Santé qui se situait dans les dix premiers opérateurs de son métier en France avec un chiffre d’affaires de plus de 100 millions € envisageait une opération de croissance externe d’un montant de 40 millions € dans une région...

lire plus