En Bourse aussi : conduire ou séduire, il faut choisir

Les Echos – Louis-Victor d’Herbès, président-fondateur d’Industrie Bourse International (IBI). Mardi 4 mars 2003.


Les efforts de communication déployés en 1999 et en 2000 ont conduit les investisseurs boursiers, institutionnels et particuliers, notamment dans les secteurs de la nouvelle économie, à confondre des perspectives de croissance inconnues à des perspectives de croissance infinies. Dans le même temps, des chefs d’entreprise opérant dans des secteurs classiques dits d’ « économie réelle » (en opposition avec l’ « économie virtuelle ») étaient délaissés par ces mêmes investisseurs. La raison invoquée le plus fréquemment pour justifier ce manichéisme tenait à ce que les perspectives de croissance des acteurs de l’économie réelle étaient jugées moins « séduisantes » que celles présentées par les acteurs de l’économie virtuelle.

La Bourse a ainsi vécu deux années sous l’emprise de la Séduction, loin des analyses rigoureuses, du doute créatif, du questionnement légitime. On n’a sans doute jamais connu de periode où, dans le temple de la finance, l’achat d’impulsion a été aussi fort. Pendant cette période, comment ont agi et communiqué certains chefs d’entreprise de l’économie réelle ? Et pourquoi ?

La sémantique nous dit d’un chef d’entreprise qu’il conduit celle-ci. Il ne la séduit pas, sauf s’il a besoin de prouver une légitimité en interne. On dit souvent de ce même chef d’entreprise, lorsqu’il présente son entreprise en Bourse, qu’il séduit les investisseurs. C’est seulement à la constatation des résultats atteints que ces investisseurs verront où ils ont été conduits. Conduire provient du latin « cum » (avec), « ducere » (guider) : guider avec. Une belle définition indique : « Accompagner en montrant le chemin. » Séduire provient du latin « se » (racine de détachement et de réflexion), « ducere » (guider) : guider vers soi. Le patron regarde-t-il l’horizon avec ses équipes ou se regarde-t-il lui-même ? Préfère-t-il la définition du baron Marcel Bich : « Le chef, c’est celui qui emmène les autres ou il y a à manger », ou bien croquer la pomme ?

Comment guider vers soi des investisseurs déjà occupés à suivre l’évolution de centaines d’entreprises ? En captant leur attention quelques heures pour leur présenter les atouts majeurs et vrais d’un projet industriel. « Quand vous dites quelque chose de faux à quelqu’un, c’est comme si vous donniez à un enfant une boîte de conserve avariée. Au fond, la vérité est la seule séduction fondatrice », dit François Michelin.

L’épaisseur et la couleur des plaquettes financières ne valoriseront rien de plus. La sobriété de celles des deux leaders mondiaux cités en témoigne. Du côté des investisseurs – entrepreneurs cotés en Bourse, la sobriété de celle de Warren Buffet en témoigne aussi.

Une stratégie de gestion des bonnes surprises alliée à un choix de supports de communication adaptés est aussi séduisante et payante. Un investisseur achète une vision de marché, et plus encore des prévisions lorsqu’un patron a montré leur fiabilité dans la durée. Ecoutons François Dalle « Dans nos prévisions de chiffre d’affaires, nous distinguions avec soin les chiffres normatifs des chiffres volontaristes. Les premiers avaient le caractère d’une ardente obligation, car ne pas les atteindre aurait signifié le déséquilibre de nos finances. Les seconds donnaient la mesure de nos ambitions de conquête. C’est grâce à cette discipline de tous et de tous les instants que nous réussîmes à satisfaire nos obligations vis-à-vis de la Bourse. Le cours suivait, s’enflammait même souvent. »

Commander, c’est prévoir, dit l’adage. En Bourse aussi, bien commander, c’est bien prévoir. Un patron et son équipe conduisent l’entreprise pour elle-même, non pour la Bourse. Les meilleurs dentre eux visent la sécurité pour leurs affaires et pérennisent ce qu’ils ont construit, quitte à le transmettre à d’autres parties ou non de leur environnement familial. Les investisseurs ont soif de la trajectoire montante, non du doigt qui la montre. Ils ne demandent pas de caution personnelle aux dirigeants. La seule garantie dont ils disposent est de savoir qu’ils s’associent à un capital représentant l’essentiel du patrimoine d’un chef d’entreprise. Les entreprises à capitaux familiaux ou à influence familiale érigent ainsi une barrière concurrentielle vis-à-vis des investisseurs quasi insurmontable par les autres entreprises. Les investisseurs suivent alors ces patrons et leurs équipes, et acceptent de se laisser conduire pour un terme aussi long que possible: pourquoi vendre, sauf nécessité impérieuse, des actions versant un dividende régulier et dont la valeur monte toujours ? À la sincérité d’une promesse donnée dans l’instant doit correspondre la vérité et la réalité que forge un engagement à long terme. Conduire ou séduire : il faut choisir.

Si vous souhaitez en savoir plus

Découvrez toutes nos autres actualités

Supplément d’âme & Indice d’Actionnariat Salarié

💡 L’initiative récente d’Euronext de réactiver le 23 février 2024 l’indice "Euronext FAS IAS" d’actionnariat Salarié (29 groupes cotés parmi les plus grandes capitalisations boursières de la cote parisienne dont au moins 3% du capital est détenu par les Salariés) doit...

lire plus

Capitalisation subie ou voulue ?

➡ La capitalisation est le moyen par lequel les revenus d’une somme de départ s’incorporent à celle-ci et deviennent à leur tour capital générant des revenus qui, une fois réinvestis deviennent encore capital productif de revenus, en une spirale que l’on espère de...

lire plus

📢 Communiqué – Évolution d’IBI

Chère Communauté Linkedin, Par ce post, je vous informe qu'IBI signifie désormais "In Business Insight", après avoir porté "Industrie, Bourse, International" pendant 28 ans.💡 L’objectif est de focaliser sur l’"Insight", ADN d’IBI depuis 1996 au service de...

lire plus

Palmarès 2024 des 500 champions français de la croissance

Le palmarès 2024 des 500 champions français de la croissance publié par le quotidien Les Echos* fait apparaître :🔭 25 entreprises cotées dont 6 dans le top 25 du chiffre d’affaires le plus élevé,🔭 18 entreprises cotées sur Euronext Growth - marché européen des valeurs...

lire plus

ILIAD : une belle trajectoire sur le marché financier

Il y a juste 20 ans, le 29 janvier 2004, ILIAD, maison mère de Free, entrait sur Euronext à une capitalisation boursière de 857,7 millions d'euros pour lever 104 millions d'euros dont 81,5 millions d'euros en augmentation de capital, avant de quitter la cote le 14...

lire plus

Volatilité sur les marché financiers

Le marché financier est l'outil ultime pour les entreprises qui en ont la capacité. Celles qui n'en ont pas doivent se préparer à y entrer comme des élèves officiers sur le parcours du combattant qui sortent de la fosse pleine de sable avec un mur plus haut qu'eux....

lire plus

La valeur du temps pour l’entreprise et l’investisseur

En pointillé apparaît la progression issue d’un revenu de 10% incorporé chaque année au capital de l’année précédente qui peut représenter la valeur d’un investissement, par exemple au capital d’une PME ETI non cotée, prévoyant une durée de détention comprise entre 5...

lire plus