Appel à l’Ecologie financière

Une réflexion salutaire s’engage actuellement à Paris sur l’analyse financière des sociétés cotées, et notamment sur les plus petites d’entre elles dans le cadre d’une réglementation Européenne – Mifid II – qui vise très légitimement à isoler les coûts de transaction d’une part, et les coûts d’analyse financière d’autre part, en vue d’une plus grande transparence pour le client investisseur. Cette isolation des offres, comparable à celle à laquelle les industriels se plient depuis bien des années, met sous pression un certain nombre d’opérateurs actuellement et oblige certains d’entre eux à une réelle catharsis.

Ce débat pourrait être tenté de souligner que l’analyse financière des petites et moyennes valeurs coûte trop cher, car ces valeurs génèrent trop peu de volumes de transactions pour rentabiliser de telles analyses. Il est vrai aussi que les petites valeurs sont plus risquées que les plus grandes, et nécessitent que le risque et le potentiel de plus-value qu’elles représentent soient aussi bien éclairés que possible.

Les petites et moyennes sociétés performantes doivent avoir un accès au marché financier. Au-delà de l’aspect purement républicain de cette affirmation, nombre de beaux parcours boursiers en France ont entraîné et entraînent des investisseurs sur de belles trajectoires, même si des histoires tristes existent aussi : la contrepartie du profit potentiel est le risque potentiel, comme chacun sait. Même si les vents contraires existent, il est obligatoire de souligner l’existence d’une entreprise cotant moins de 20 millions € à son entrée en Bourse en 1997 et valant 7,9 milliards € au 13 septembre 2019.

Il revient aux entreprises d’être conseillées par des professionnels qui (i) ne les poussent pas à présenter des prévisions ou des sublimations (au sens chimique du terme) trop agressives (ii) n’utilisent pas de taux d’actualisations inadaptés pour ces mêmes prévisions et (iii) sachent accompagner les entreprises dans la fixation d’un prix d’action qui appréhende prudemment le futur en s’appuyant aussi sur les réalisations passées.

Un eco-système responsable va immanquablement se créer sur ce sujet qui relève directement et au moins de la Responsabilité Sociale des Entreprises, et de l’écologie financière, car l’épargne dont notre pays a tant besoin doit être protégée pour notamment faire face aux engagements de solidarité. Au moment où le débat sur les retraites commence, l’investissement en action de sociétés de taille plus petites pourrait constituer une source supplémentaire de prospérité si l’analyse financière était plus développée.

Une entreprise survalorisée entrant en Bourse qui ne tient pas ses prévisions ne peut plus lever d’argent, ou ne peut le faire qu’à condition d’accepter un prix très bas pour ses actions, ou un taux élevé pour ses emprunts, ce qui aurait pu être évité si le prix d’introduction avait été raisonnable.

Il revient aux analystes financiers de la Place de Paris qui travaillent sur évaluations des entreprises et notamment celles qui entrent en Bourse d’adopter d’autres paradigmes.

Un nouvel ordre va émerger : l’écologie financière, dans le prolongement de la mission des entreprises. Des talents plus jeunes vont pouvoir y contribuer.

Je lance un appel à l’écologie financière, qui consiste à adosser une monnaie d’Etat non virtuelle à une contrepartie non dérivée, cette contrepartie devant être aussi matérielle et tangible que possible, ainsi que facilement mesurable.

Publié sur Linkedin par Louis-Victor d’Herbès le 13 septembre 2019.

Si vous souhaitez en savoir plus

Découvrez toutes nos autres actualités

Capitalisation subie ou voulue ?

➡ La capitalisation est le moyen par lequel les revenus d’une somme de départ s’incorporent à celle-ci et deviennent à leur tour capital générant des revenus qui, une fois réinvestis deviennent encore capital productif de revenus, en une spirale que l’on espère de...

lire plus

📢 Communiqué – Évolution d’IBI

Chère Communauté Linkedin, Par ce post, je vous informe qu'IBI signifie désormais "In Business Insight", après avoir porté "Industrie, Bourse, International" pendant 28 ans.💡 L’objectif est de focaliser sur l’"Insight", ADN d’IBI depuis 1996 au service de...

lire plus

Palmarès 2024 des 500 champions français de la croissance

Le palmarès 2024 des 500 champions français de la croissance publié par le quotidien Les Echos* fait apparaître :🔭 25 entreprises cotées dont 6 dans le top 25 du chiffre d’affaires le plus élevé,🔭 18 entreprises cotées sur Euronext Growth - marché européen des valeurs...

lire plus

ILIAD : une belle trajectoire sur le marché financier

Il y a juste 20 ans, le 29 janvier 2004, ILIAD, maison mère de Free, entrait sur Euronext à une capitalisation boursière de 857,7 millions d'euros pour lever 104 millions d'euros dont 81,5 millions d'euros en augmentation de capital, avant de quitter la cote le 14...

lire plus

Volatilité sur les marché financiers

Le marché financier est l'outil ultime pour les entreprises qui en ont la capacité. Celles qui n'en ont pas doivent se préparer à y entrer comme des élèves officiers sur le parcours du combattant qui sortent de la fosse pleine de sable avec un mur plus haut qu'eux....

lire plus

La valeur du temps pour l’entreprise et l’investisseur

En pointillé apparaît la progression issue d’un revenu de 10% incorporé chaque année au capital de l’année précédente qui peut représenter la valeur d’un investissement, par exemple au capital d’une PME ETI non cotée, prévoyant une durée de détention comprise entre 5...

lire plus

Connaissez-vous le bootstrapping ?

Le bootstrapping (en français "bottes bien lacées") est une méthode de création d’entreprise et de gestion qui utilise les ressources propres en évitant de lever des capitaux extérieurs, et en fait une « ardente obligation ». Si cette méthode n’est pas adaptée au...

lire plus